En 2009, quel premier constat dressez-vous de l’évolution des ravaux ?
Ils se déroulent conformément au planning.
Nous avons achevés début 2008 les travaux de viabilisation.
Depuis, nous consacrons beaucoup d’énergie et de moyens aux aménagements paysagers. Le premier parcours de golf sera ouvert au jeu au printemps 2009 ; le second au printemps 2010.
Les travaux de l’hôtel du Golf, commencé en septembre 2008, seront achevés au printemps 2010, date à laquelle nous ouvrirons officiellement la station.
Les autres composantes de la phase 1 seront livrées entre mi-2010 et fin 2011.

Mogador génère une forte augmentation de l’emploi. Le personnel bénéficie-t-il d’une formation spécifique pour accueillir une clientèle nationale et internationale ?
Essaouira-Mogador est résolument positionnée haut de gamme, voire très haut de gamme. Ce positionnement exige un service parfait. Notre expérience d’hôtelier depuis plus de dix ans au Maroc nous démontre que cela est parfaitement possible. Il suffit de le vouloir et demettre les moyens. Le premier hôtel de la station, l’hôtel du Golf, qui sera géré par l’enseigne Sofitel Luxury à partir du printemps 2010, bénéficiera de l’expérience des équipes de l’actuel Sofitel d’Essaouira, considéré par de nombreux clients comme la référence au Maroc en matière de qualité de service et de convivialité. Pour les autres unités de la station, nous étudions le lancement d’une école spécifique..

Jusqu’à aujourd’hui, quelle est votre plus grande fierté dans la réalisation du site ?
Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives. Mais je dois avouer que notre stratégie d’aménagement commence à donner des résultats visibles. Nous avons choisi de planter avant de construire, et nous plantons massivement depuis début 2008 ! C’était un choix audacieux et coûteux, pas toujours facile à faire comprendre. Les actionnaires ont compris et suivi. Aujourd’hui, je ne le regrette pas. Je crois que les futurs résidents du Domaine de Mogador apprécieront de se retrouver en pleine nature, face à l’océan et à la Dune, dans une station verte, avec une armature forestière préservée et des centaines de milliers d’arbres, d’arbustes et de plantes.