La dynamique de libéralisation que connaît l’économie marocaine s’accompagne d’une mutation en profondeur de la sphère financière et du rôle de la Banque centrale. Pour relever ce défi, le Statut de Bank Al-Maghrib et la Loi bancaire de 2006 lui ont donné un nouveau mandat légal, pour accomplir dans les meilleures conditions ses missions fondamentales en matière de maintien de la stabilité des prix, de supervision du système bancaire et de surveillance des systèmes et moyens de paiements.

Au niveau de la politique monétaire, Bank Al-Maghrib dispose ainsi de l’autonomie indispensable pour veiller au maintien de la stabilité des prix à moyen terme. Cette plus grande autonomie ne signifie toutefois pas une absence de responsabilité. Bien au contraire, elle a pour corollaire une exigence renforcée de transparence, élément déterminant de la crédibilité de la politique monétaire. Cela se traduit par une transparence effective sur l’action, les résultats et les fondements des décisions de la Banque centrale et par l’amélioration du contenu et de la fréquence de la communication avec le public. C’est dans cet esprit que Bank Al-Maghrib publie de nouveaux rapports et en améliore le contenu et la fréquence, renforce ses coopérations et la qualité de son dialogue, non seulement avec le Gouvernement et les marchés financiers, mais aussi avec les opérateurs économiques et la presse. Fondement des décisions de politique monétaire de son Conseil, Bank Al-Maghrib développe en permanence sa capacité d’analyse de la politique monétaire, de suivi et de prévision de l’activité économique et de l’inflation, et de recherche.

Au niveau du système bancaire, la nouvelle loi bancaire a aligné le Maroc sur les meilleurs standards internationaux en la matière et permet à Bank Al-Maghrib de veiller à la solidité et à la stabilité du système bancaire dans un contexte d’ouverture extérieure croissante. La mise en place depuis juin 2007 des dispositions de l’accord de Bâle II dans son approche standard, a permis une réforme en profondeur de la gestion et de la couverture des risques, et a consolidé la stabilité du système bancaire. Parallèlement, la fonction de supervision bancaire a été renforcée et largement étendue. Plus largement, la stabilité financière fait aussi l’objet d’un examen régulier dans le cadre de la Commission de coordination des organes de supervision du secteur financier qui se concertent conformément aux dispositions de la loi bancaire. Les progrès substantiels accomplis par le Maroc en ce domaine ont été soulignés par l’évaluation conjointe du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale (FSAP), qui indique que le secteur bancaire marocain est stable et rentable.

La convergence de nos systèmes de paiement vers les meilleures normes et pratiques internationales en matière d’efficience et de sécurité est une préoccupation permanente de Bank Al-Maghrib. La généralisation de la dématérialisation des échanges et les progrès réalisés pour sécuriser les opérations gérées par les infrastructures de règlement, ont permis au Maroc de franchir une étape importante en ce sens. Parallèlement, tout en favorisant les innovations, les efforts en matière de renforcement du cadre global de surveillance et de sécurité des moyens de paiement se poursuivent sans relâche.